x

Les placements alternatifs, de quoi s’agit-il ?

Tous les placements qui sortent de la famille des investissements précédemment cités peuvent être considérés comme des placements alternatifs. Il s’agit notamment de l’or ainsi que des matières premières. Ces sont également les placements immobiliers dans d’autres Etats ainsi que les investissements dans des exploitations agricoles en dehors du territoire belge.

Quel cadre juridique pour ces placements dits alternatifs ?

Malheureusement, ces placements alternatifs échappent au contrôle des instances classiques telles que la FSMA. Leur cadre juridique reste également flou et seul le contrat d’investissement régit les relations entre les intermédiaires et les investisseurs.

Quels sont les risques liés aux placements alternatifs ?

Le risque est principalement lié à l’absence de cadre juridique concret. Nul ne peut contrôler la véracité des publicités émises par les intermédiaires de ces placements. Aucun devoir d’information ne leur est imposé. Rien ne garantit non plus le rendement de ces placements.

D’autre part, de nombreux investisseurs ont déjà fait de mauvaises expériences et se sont confrontés à des arnaques. La majorité des opérateurs étant établis en dehors du territoire national, il est difficile de les soumettre à la législation belge. En cas d’escroquerie, les victimes n’ont que peu de recours.

Conseils

Le premier conseil reste la vigilance. Vous devez préalablement réaliser une enquête sur l’intermédiaire qui vous propose le produit et sur le produit lui-même. N’investissez pas dans quelque chose que vous ne connaissez pas et que vous ne maitrisez pas. En cas de doute sur le sérieux d’une offre, prévenez immédiatement les autorités compétentes.

 

© copyright 2020 - Mon Portail Finance
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus